0
0 Dans Mes adresses nature

Qu’es-ce que le (W)woofing ?

Le woofing est un concept né dans les années ‘90 en Angleterre. Le terme est francisé et vient de l’acronyme (W)woof : « World wide opportunities for organic farming ».
Aujourd’hui, le woofing est constitué d’un réseau connecté qui met en lien des agriculteurs bio avec des gens comme vous et moi, passionnés par : manger sain, vivre sain, une planète saine. Les seconds peuvent ainsi venir en aide aux premiers qui ont besoin de bras, et les seconds, en quête de sens et d’authenticité, s’y retrouvent.

 

Se reconnecter à la nature, privilégier la main à la machine, s’engager en permaculture et bannir l’utilisation d’intrants chimiques, sont les piliers des accueillants, et dans mon cas, la famille avait fait le choix de leur reconversion il y a cinq ans.
Partageant ces valeurs donc, et cultivant le désir très fort de tenter l’aventure depuis quelques années, j’ai fait le saut cet été ! Voici le récit de ma première expérience de « wwoofer » au Verger du Belloc à Betchat dans les Pyrénées.

 

 

Chaque woofer ayant des désirs différents (reconversion, expérience en famille, élargir des connaissances agronomes,…), mes objectifs étaient clairs : rencontrer, aider, apprendre, partager et me retrouver.

Rencontrer

Entrer dans une maison et plus encore prendre ses repas au sein d’une famille n’est pas anodin. Les plats aux légumes du potager de Fabienne, les conversations avec la famille, Nicolas, les enfants et les grands-parents, ont créé très vite une relation de proximité mais aussi de respect. Cette vie sobre et bien réglée, même avec des travaux assez rudes (j’y viendrais), m’a vite mise en joie.

La plus facile et gracieuse des plantes potagères, le pied de courgettes (en fleur).

La cueillette, l’une des joies quotidiennes à la campagne.

Aider

Bien que ma préférence va à la cueillette et surtout à la transformation des fruits et légumes, la saison des fruits rouges passée dans le verger, le temps était aux travaux de maintien.

 

50 allers-retour de copeaux en brouette plus tard, le paillage aux copeaux de bois des framboisiers était bien avancé !

 

A droite : Côté compost, les terres argileuses ayant grand besoin d’être amendées, j’avais proposé de ramasser le crottin des ânes et du cheval, ce qui me permit de passer du temps dans le verger et d’y jouir de la vue magnifique tout en étant utile. Le crottin fut joint au tas de fiante de poule et mélangé à de grandes brassées d’orties.

Apprendre
Mille petites choses pratiques et aussi la (re) découverte de la VIE: une couvée de poussins, une portée de chatons, l’utilité des animaux herbivores sur les terrains en pente, la traite à la main, l’entre-aide entre voisins (arrosage)…

Les cordes plastifiées dessinent une surface et sont guidées par des piquets amovibles, de façon à électrifier et protéger un bout de terrain ânes « sur mesure » pour faire paître les ânes.

Partager
Une virée au marché où nous vendons confitures et œufs, et effectuons les achats de pain bio, fruits et légumes manquants aux collègues.
J’ai eu le loisir de faire un brin de cuisine avec Clément, 12 ans, qui adore le chocolat et est très doué.

Le gâteau au chocolat de Clément avec un glaçage chocolat à la fleur d’oranger.

 

Bouquets garnis du jardin pour parfumer les potage et potées de l’hiver à venir.

(se) Retrouver
Comme je le disais plus haut, sortir de la ville et du monde de consommation pour se reconnecter aux besoins élémentaires de production, et ne serait-ce que d’y participer une semaine, est éclairant. Cet échange ente citadins et producteurs de la campagne, baptisé le woofing depuis une quarantaine d’années, était préconisé dans Utopia de Thomas More écrit publié en 1516, c’est dire que l’idée date…

La terrasse du gîte est idéale pour les salutations au soleil.

Liens utiles

Le Verger de Belloc, côté gîte : http://www.vergerdebelloc.fr/

Pour en savoir plus, je vous invite à tenter l’aventure en France ou ailleurs dans le monde.

 

 

Vous devriez aussi aimer

Pas de commentaires

Répondre