0
0 Dans Coups de ♥︎/ Livres et mags

Food and manga

Cet article écrit pour CITIZEN K INTERNATIONAL en 2007 reste d’actualité pour les fous de food et manga. Le tome 17 de Yakitate-Japan sortira d’ailleurs en juillet au Editions Delcourt.
Téléscopage improbable, l’univers des mangas s’associe à la gastronomie. Pédagogie culinaire à la japonaise. Par Laura Annaert

Pour les adulescents stressés on conseillera Le Gourmet solitaire de Jirô Taniguchi

Kanmuri peut-il battre Azuma grâce à son pain rustique? Le Tayaki fourré à la patate douce va-t-il enfin connaître son heure de gloire? Le pain d’épices aux 36 ingrédients obtiendra-t-il la plus haute récompense? Autant d’insoutenables suspens dont regorge Yakitate Ja-pan, un shonen – autrement dit manga pour jeunes garçons – dont le neuvième volume vient tout juste de sortir en France. On l’aura compris, bien loin de la science-fiction et autres heroic fantasies, Yakitate!! Ja-pan a pour thème la cuisine, et plus particulièrement la boulangerie. Son héros, Kazuma Azuma, a découvert le goût du vrai pain dans sa prime enfance et n’a de cesse de parvenir à élaborer le meilleur pain au monde, le fameux Ja-pan.
Comme de juste, la Confédération nationale de la Boulangerie française a soutenu la traduction et la publication de Yakitate!! Ja-pan (sous-titré en français Un pain c’est tout!) dès le premier volume. Le shonen qui illustre la difficulté de cet artisanat à travers des séquences d’arts martiaux où s’opposent des équipes de jeunes héros-boulangers a même reçu l’aval de Christian Vabret, meilleur ouvrier de France en boulangerie, qui a adapté les recettes françaises au goût nippon – un savoir-faire très en vogue au pays du Soleil Levant et aussi appelé wafumi.
Cependant, les aventures du jeune Azuma ne constituent pas une révolution dans l’univers narratif de la bande dessinée japonaise. La thématique de la cuisine est apparue dès 1985 avec Oishimbo, un manga sur fond de conflit générationnel où diverses spécialités culinaires sont abordées tour à tour par un père et son fils, tous deux critiques gastronomiques. Avec cent volumes parus (mais pas encore traduits), Oishimbo est aujourd’hui la référence incontournable de tout gourmet nippon sérieux. Les enfants, quant à eux, ont fait la connaissance dès la fin des années 1980 du Petit Chef, un manga télévisé abordant les soucis d’un orphelin qui décide de devenir cuisinier afin de reprendre le flambeau de son père défunt. Il ne fait aucun doute que ce dessin animé, qui est parvenu à ancrer le thème de la gastronomie auprès du jeune public, a ouvert la voie à Cooking Mama, l’un des jeux vidéo les plus ludiques de l’année 2007 et qui s’appuie sur 300 recettes. ‘Avec la télécommande, on a les memes sensations qu’en cuisine: on touille, on découpe … C’est super kawaii” s’exclame une fan de tout juste 10 ans cramponnée à sa console Wii.
Pour les adulescents stressés, on conseillera plutôt Le Gourmet solitaire de Jirô Taniguchi, titre tiré à plus de 25 000 exemplaires en France et qui requiert selon Patrick Honnoré, son traducteur, le yoyû, c’est-à-dire une profonde disponibilité d’âme. Cette histoire d’un représentant de commerce mélancolique, sorte de Willy Loman dans Mort d’un commis-voyageur, pousse régulièrement la porte des magasins de nouilles ramen, examine des beignets de poulpe, salive devant une gelée de haricots noirs, puis se réconcilie avec la vie en dégustant des vermicelles “pluie de printemps” aux petits légumes et bœuf émincé, ou une peau de tôfu crue à la Kyoïte servie avec une sauce ponzu aux agrumes sauvages. Enfin, pour les amateurs de grands crus, Sommelier, dont le sixième volume vient de paraître sous forme de bunko -le très prestigieux format bible -, mélange sentiments, héroïsme et blind tests. Parmi les planches de Shinobu Kaitani, quelques dessins de bouteilles, Pinot Noir Hugel d’Alsace, Château Margaux, Chianti Castello de Fonterutoli, illustrent la présentation éclairée des vins par le sommelier Ken-ichi Hori, membre du Wine Institute of California. Après des décennies de fast food, take-away, soft drinks et autres avatars de la junk food, le salut de la gastronomie vient donc du manga et de ses régals wafumi. Des délices dont même l’abus ne saurait mettre sur la voie de l’obésité.

Yakitate Ja-pan. Takashi Hashiguchi (Delcourt)

Le Gourmet solitaire ,Jirô Taniguch et Masayuki Kusumi (Castermann) Sommelier, Ken-ichi Hori, Arakikoh et Shinobu Kaitani (Glénat)

Vous devriez aussi aimer

Pas de commentaires

Répondre